Creaks

Dernier jeu en date du studio Amanita Design, créateurs de Machinarium, Botanicula ou encore la série des Samorost, de très bon point-n-click, originaux, réussissant à rester dans le genre tout en adoptant un gameplay les différenciant des classiques du genre.

Voilà alors que j’essaie Creaks, la première scène d’introduction, interactive, est très belle, le style visuel donne de suite envie de rentrer dans le jeu, à la manière du personnage qui rentre dans les sous sols de sa maison.
Suite à cela, une première scène un peu labyrinthique où il faudra emprunter les bonnes échelles pour se rendre au tableau suivant, pourquoi pas, mais on à l’impression d’être dans un labyrinthe du journal de Mickey plutôt que dans un jeu vidéo…

Ensuite, et c’est là que j’approuve moins, mais certains aimeront, le
jeu semble être une succession de pièces, parties du sous-sol que le
personnage découvre, qu’il faut traverser, en évitant les robots chiens,
ces derniers craintifs de la lumière. On aura vite compris qu’il faut
les attirer dans un sens ou l’autre, prendre une échelle, les
transformer en table lorsqu’ils traversent la lumière… mais voilà,
cela fait plusieurs chambres que je traverse, et la mécanique est
similaire!

L’univers ne suffit pas on dirait à exploiter cette mécanique durant
des heures pour ma part. Là où Oddworld (premier du nom, 1997),
réussissait cette mécanique à l’époque, dans un univers vraiment
atypique, Creaks se repose sur de très jolis dessins pour faire tourner
des rouages que nous avons déjà éprouvé maintes fois….

3.5/5

Liens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *